La maison Sajou : déjà dix ans de résurrection de la broderie française

La mercerie Sajou, Rue du Caire
La mercerie Sajou, Rue du Caire

Cette année, cela faisait dix ans que Frédérique Crestin-Billet relançait la marque Sajou, du notable parisien Jacques Simon Sajou, né le 25 mai 1805 (à Sens). Il fut le premier à se consacrer entièrement à la publication de dessins de broderie. Il travailla notamment à de nouvelles méthodes d’impression, élaborant de nouvelles présentations et collaborant à la publication du Conseiller des Dames ou du Moniteur des Dames et des Demoiselles. Il participera ainsi activement de la promotion de la broderie française, à des coûts raisonnables alors que les modèles d’importation allemands (à l’aquarelle) restaient relativement hors-de-prix.

Capitaine de la Garde Nationale (décoré de la légion d’honneur en 1848) et maire adjoint du XIIIe arrondissement où il possédait une fabrique, rue des Anglaises, Jacques Sajou était présent lors de plusieurs comités de grandes expositions de l’époque et l’un des membres fondateurs de l’Union Centrale des Beaux-Arts Appliqués à l’Industrie. Il était aussi connu pour ses nombreuses oeuvres de philanthropie.

Afficher l'image d'origine
Jacques Simon Sajou, Source : Ouvrage de Dames

M. Sajou se désengage des affaires en 1864, laisse sa maison à son beau-frère, Claude Marie Cabin, et après plus de trente ans où la maison Sajou demeura rue Rambuteau, elle déménage en 1882 au 74 boulevard Sébastopol. En 1885, ce sont le fils et le gendre (Georges Lefèvre) de Claude Cabin qui dirigent l’affaire.

Après le passage aux mains de l’ancien militaire Emmanuel Anglard (et gendre de Georges Lefèvre) en 1902, celui-ci se trouve primé aux expositions de Milan, Bruxelles, Londres, Gand entre 1906 et 1913. Néanmoins, en 1934, la maison Sajou déménage au 53, rue La Boétie (VIIIe arrondissement) et finit par disparaître en 1954…

C’était sans compter sur une reprise inespérée du flambeau par Frédérique Crestin-Billet en novembre 2004, après 50 de silence. Auteure de déjà plusieurs ouvrages sur la mercerie, passionnée, elle décide de faire revivre le patrimoine. Le site internet Sajou est lancé le 25 mai 2005 (soit jour pour jour et sans le savoir, 200 ans après la naissance de Jacques Simon Sajou) !

Site marchand pionnier dans le genre, depuis dix ans, la marque propose des produits pleins du charme désuet du métier du XIXe et du XXe siècle naissant, de première qualité, à des prix abordables et 100% faits en France (là aussi, la démarche fut pionnière à l’époque de son lancement).

IMG_7208

A la disposition des particuliers comme des professionnels, disposant de deux boutiques, à Versailles et dans le Sentier de Paris, la Maison Sajou propose des rééditions des petits albums de broderie qui rendirent leur inventeur si célèbre, mais aussi : des ciseaux à broder ; des fils autant pour la couture, la broderie, la dentelle que la maroquinerie ; un large éventail de kitss de point de croix et de broderie ; des aiguilles et épingles ; rubans et dentelles ; des boîtes à couture garnies et prêtes à l’emploi ainsi que ne nombreuses boîtes de rangement ; des rééditions de petits objets de couture tout en bois ; de la papèterie et idées de cadeaux dans l’esprit de la marque ; une mercerie miniature ; des tissus et des rubans…

IMG_7232

IMG_7272

IMG_7257

La maison exporte aujourd’hui dans quelques 19 pays à l’international et une collaboration unique a même permis la création d’une ligne de t-shirts et sweat-shirts avec la marque japonaise Uniqlo !

L'équipe de la boutique Sajou Paris
Frédérique Crestin-Billet (au centre) ; Marie-Pascale (à gauche) et Katia (à droite) de Sajou Paris !

Enfin, à la boutique Sajou Paris au 47, rue du Caire dans le Sentier (2e), de nombreux cours de broderie, tricot et des ateliers sont donnés régulièrement !

Sajou fait partie de notre réseau Le Deux Quatre, alors n’hésitez pas à rendre visite à Marie-Pascale et Katia, qui se feront une joie de vous y recevoir !

🙂

Pour plus d’information :

http://www.sajou.fr

https://www.facebook.com/mercerie.sajou.paris.fr/

La maison Sajou : déjà dix ans de résurrection de la broderie française

Interlude : La perspective de bâtir

France par gouvernemens, planche 23 de l'Atlas universel de Gilles Robert de Vaugondy, Pais, 1757
France par gouvernemens, planche 23 de l’Atlas universel de Gilles Robert de Vaugondy, Pais, 1757

C’est un principe qu’on comprend mieux en explorant, par exemple, l’évolution de la gouvernance des Royaumes de France, de ses Empires et de ses Républiques :

Idéalement, on constate qu’un système de gouvernement est là pour apporter certaines garanties aux populations fédérées sous son autorité. Au-delà des questions de sécurité, évidemment centrales, qu’elles soient de nature physique ou économique, qu’en est-il de la sécurité morale, intellectuelle, essentielle au développement de l’espèce humaine ?

En d’autres termes, quelles sont les garanties de bonheur ? Pas seulement de jouissance, mais bel et bien de bonheur, étant entendu que le bonheur ne peut se trouver fédéré sous aucune autre autorité que la sienne propre ?

La première réponse à la question sera éminemment sociale : c’est en cherchant les autres qu’on trouvera les ressources de la tristesse et de la joie. Et c’est en consultant son environnement qu’on échafaudera une meilleure répartition et un meilleur équilibre de la valeur de ces tristesses et de ces joies.

En somme, autrui provoque en nous un sentiment que l’environnement seul peut tempérer. Ce dernier procure l’espace à son épanouissement, l’organisation de son action et la perspective de bâtir.

Interlude : La perspective de bâtir